Marc RIGHETTI. Conseil en Homéopathie Uniciste.
22, rue du Lieutenant François Fromentin - Esc D3 - 56000 VANNES - Tél : 06 64 42 31 77 - contact@actionhomeo.fr

Action Homéo
Marc RIGHETTI

06 64 42 31 77

contact@actionhomeo.fr

L'importance de l'hygiène de vie et de l'environnement

Si l'homéopathie peut soigner un grand nombre de maux, il n'en reste pas moins vrai qu'il vaut mieux prévenir que guérir.

Avant de penser à se soigner, le bon sens voudrait qu'on commence par éviter ce qui rend malade.


Il y a 100 ans, insister sur l'hygiène de vie aurait suffit mais la situation est devenue plus complexe, nous y reviendrons.

Les quelques règles à suivre sont assez simples et de bon sens :
- bien se nourrir
- ne pas s'intoxiquer
- bien dormir
- vivre dans un contexte émotionnel propice
- bouger

 

1- Bien se nourrir
Cela peut paraître simple, mais l'industrialisation et le marketing font des ravages aussi dans le domaine de l'alimentation, à tel point que depuis quelques années le nombre de personnes malades d'obésité a dépassé le nombre de personnes mourant de faim !
Il m'arrive parfois d'emmener mes enfants dans un fast-food et je constate avec tristesse que le poids moyen des clients est très élevé. Ils boivent des sodas et se bourrent de sucres et de gras en tous genres ! Comment rester mince dans ces conditions ?
Bien se nourrir c'est manger de tout, fruits, légumes, protéines animales, pâtes, féculents, etc. Et éviter le sucre ailleurs que dans le dessert et le café. 
Boire de la bière ou du vin apporte aussi un excédant de calories qui, si elles ne sont pas dépensées, se transforment en graisse.
Les plats cuisinés sont également pleins de sucre et de sel pour produire à peu de frais un goût agréable, même s'ils sont mauvais pour la santé. Donc ne cédez pas aux appels du marketing et au lieu de regarder la télé et de manger un plat cuisiné, écoutez la radio en le préparant avec des aliments sains !

 

2- Ne pas s'intoxiquer
Pour reprendre le point précédent, il faut savoir que les aliments issus de l'agriculture conventionnelle contiennent des traces non négligeables de pesticides qui, absorbés par la plante, restent actifs et dérèglent nos organismes. On constate l'augmentation des cas de cancers et de problèmes hormonaux (pubertés précoces, malformations, etc) chez des personnes de plus en plus jeunes. Comment peut-on croire qu'un produit qui va tuer des insectes, des champignons ou de l'herbe peut-il par magie n'avoir aucun autre effet sur le vivant ?
Des milliers d'adultes et d'enfants vivant près des exploitations agricoles meurent à petit feu et il devient de plus en plus difficile, voire impossible de trouver de l'eau du robinet qui soit exempte de tous ces toxiques. Ces centaines de milliers de tonnes répandus tous les ans s'infiltrent partout et finissent en nous, que nous le voulions ou pas, que nous vivions à la ville ou à la campagne !
Mais, je m'emballe, je comptais aborder ce sujet plus loin.
Pour l'alimentation, essayez le plus possible d'acheter des produits bio et si possible français.
Vous pouvez par exemple n'acheter que du vin bio. Pensez à tous les riverains d'exploitations viticoles qui voient leurs enfants malades de leucémies, cancers, dérèglements hormonaux à cause de tous les fongicides largement pulvérisés sur les vignes et autour, et qui finissent inévitablement dans le sol et l'eau.
N'achetez plus le vin qui tue les voisins … et les clients aussi, car le vin contient des traces de ces saletés de fongicides. Si certains arrivent à faire du vin bio, pourquoi les autres n'y arriveraient-ils pas ?
Sinon, évitez autant que possible de fumer, de consommer de la drogue (rarement certifiée bio!) et de consommer trop d'alcool ... à moins que vous ne soyez masochiste.

 

3- Bien dormir
Là encore, l'impact de notre société de consommation se fait lourdement sentir.
Nous manquons de sommeil !
Dormir est devenu une perte de temps. Il vaut mieux travailler et consommer.
Consommer des écrans, beaucoup de temps d'écran.
Résultat, l'attention diminue, le stress augmente et les défenses de l'organisme se dégradent.
Ne vous laissez pas manger par vos écrans et vous ne vous en porterez que mieux.
Ayez la sagesse d'accepter que de toutes manières, vous n'aurez jamais le temps de regarder tout ce que vous voudriez. Il y en a trop !
Alors allez vous coucher et tâchez de faire de beaux rêves. C'est gratuit et réparateur.

 

4- Vivre dans un contexte émotionnel propice
Notre société nous impose un rythme très soutenu. Il faut travailler, se déplacer, gérer les plannings des parents et des enfants, ne pas perdre de temps, courir plus vite, plus longtemps …
Bref, tout cela crée du stress. Il existe de nombreuses méthodes pour essayer de calmer le jeu.
A vous de trouver celle qui vous convient (méditation, yoga, gym douce, lecture, promenade, …).
Essayer de vous accorder un peu de temps. C'est important.
Il existe des situations où c'est impossible, par exemple quand on doit s'occuper d'une personne en perte d'autonomie ou quand on est victime de mauvais traitement à la maison ou au travail. L'homéopathie peut aider mais ne fait pas de miracle.
Alors, si vous n'êtes pas dans un cas extrême, profitez de votre chance et ménagez-vous.

 

5- Bouger
La sédentarité est tout autant qu'une mauvaise alimentation, une source de problèmes de santé.
Il est clair qu'un maçon ou un agriculteur auront surtout envie de se reposer après leur journée de travail, c'est bien normal.
Mais de plus en plus de professions se pratiquent assis toute la journée. Alors, il faut vous contraindre à une activité physique 30 à 60 mn par jour.
Quand c'est possible, déplacez-vous à pied ou à vélo, vous économiserez de l'argent et ferez du bien à votre organisme sans que cela ne vous prenne trop de temps.

 

Tout cela est très bien mais … et l'environnement ?

 

Malheureusement, tous ces principes d'hygiène de vie ne suffisent plus à nous maintenir en bonne santé car notre cadre de vie se détériore dangereusement au nom de l'impératif économique.
Selon les estimations, la consommation annuelle de pesticides en France est d'environ 80.000 tonnes (herbicides, fongicides, insecticides), soit un peu plus d'un kilo par an et par personne.
Tous ces produits, une fois qu'ils ont tué leur cible, ne disparaissent pas miraculeusement.
Ils passent dans le sol, les nappes phréatiques, les cours d'eau et les plantes cultivées.
En effet, les plantes absorbent ces produits, soit par la peau, soit et surtout par les racines.
Nous retrouvons donc ces poisons dans nos verres et nos assiettes.

 

Ils polluent les sols pour plusieurs années.

 

Notre nourriture et toute notre zone de vie sont de plus en plus polluées d'année en année à cause de l'accumulation d'une partie de ces poisons déversés.

Les industriels ont réussi à persuader la majorité des agriculteurs que ce modèle de production était le seul viable, tout comme ils avaient réussi à faire fumer à une époque la majorité de la population alors qu'on sait que c'est catastrophique pour la santé !


Cette pollution atteint en premier les personnes qui vivent au plus près des cultures et elle rentre dans les villes via les denrées ainsi produites, et également par l'eau du robinet et même de plus en plus par les eaux de sources.
Le nombre de cancers augmente régulièrement, y compris chez les plus jeunes ; les troubles hormonaux se généralisent. On connaît depuis de nombreuses années la nocivité de ces produits mais pourtant on continue à les épandre et même à en subventionner les utilisateurs !

 

Nous avons deux moyens de lutter contre cela : Nos achats et notre vote.

 

1- Nos achats
Achetez bio autant que possible, vous diminuerez ainsi vos ingestions de toxiques pour vous et vos enfants, et vous encouragerez les producteurs qui adoptent des modes de production sains, tout en boycottant les autres.


On m'oppose régulièrement l'argument que le vrai bio n'existe pas puisque la pollution est partout.
Oui, c'est vrai, bio ne signifie pas totalement exempt de pollution, mais au moins le producteur n'en a pas rajouté exprès ! C'est déjà bien, non ? Au global, le produit est plus sain et l'espace vital n'est pas endommagé intentionnellement.

 

Par ailleurs, gardez à l'esprit que presque tous les objets que nous achetons ont généré une pollution pour être produits, et pollueront également quand vous vous en débarrasserez.
Limiter notre consommation de biens matériels contribue également à préserver la planète.

 

2- Notre vote
Il est évident que l'emploi et le revenu sont des priorités importantes, mais quand nous auront tout pollué et que nos enfants ne pourront plus se développer normalement pour qui voterons-nous ? Quel beau parleur arrangera cela ?

 

Je prends mon courage à deux mains et je vous le dis : Il faut agir au plus tôt et élire des personnes qui pensent plus loin que leur cote de popularité et leur éventuelle ré-élection, des personnes qui pensent en décennies plutôt qu'en mois, des personnes qui prétendent avoir le courage de s'opposer aux lobbies.

Donnons-leur une chance, donnons-nous une chance !


Bref, pour votre santé et celle de vos enfants votez pour des personnes ayant d'authentiques préoccupations et propositions pour l'écologie, et pas seulement pour la présidentielle mais surtout pour les législatives. Il nous faut une Assemblée Nationale qui se battra enfin activement pour que nous gardions l'espoir que notre pays et notre monde puissent encore héberger la vie humaine !

La France appartient aux français, pas aux multinationales !

 

Les emplois, on peut en créer si nécessaire. Dépolluer une terre globalement imbibée de poison, même en créant des emplois pour le faire, on ne sait pas le faire. Alors n'attendons pas qu'il soit trop tard !

 

Les élections locales aussi sont très importantes, départementales, régionales, municipales.
Alors utilisez le pouvoir qu'il vous reste, votez écolo, votez pour un possible avenir. Si vous ne le faites pas pour vous, faites le pour vos enfants !

 

Ne laissons pas l'économie, le profit aveugle et la peur du changement détruire notre monde !

 

Et il y a bien d'autres sujets que je n'ai pas abordé, tels que les hallucinants écarts de revenus, le réchauffement climatique, la liberté de soin, la défense de l'homéopathie bien sûr, etc.

 

Nous avons la chance et le privilège de pouvoir voter, alors allons-y, n'attendons pas qu'il soit trop tard. Faites passer le message auprès de votre entourage, chaque voix compte et tant pis si les discussions sont houleuses.

 

Il y a 30 ans, nous n'aurions pas crû que nous étions capables de modifier dangereusement le climat planétaire.

Nous pensions pouvoir utiliser les océans comme des égouts sans fond et maintenant la pollution se fait également bien sentir.

Quand il ne restera plus un arpent de terre cultivable, comment nourrirons-nous nos enfants ?

 

Je termine par le fameux poème de Martin Niemöller qui illustre bien les conséquences de l'inaction et de la passivité : 

Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste. 
Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate. 
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste. 
Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester.

Service simple et gratuit

Créer un site web gratuit
Faites votre site web gratuitement avec